X
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez notre newsletter mensuelle avec la programmation du mois.
Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire*.

* Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les newsletters de La Manekine.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque newsletter.
La Manekine

Présentation

un archipel

Avec l’équipe de La Manekine, nous imaginons les conditions pour que la saison ne soit pas « seulement » un agrégat de spectacles mais l’ensemble des rendez-vous qui permettent à au moins un habitant de rencontrer un artiste. Nous laissons aux équipes ou aux personnalités artistiques reçues le temps de travailler et ils prennent celui de s’investir sur notre territoire. S’est ainsi constitué un archipel de personnalités que nous accompagnons autant qu’ils nous accompagnent. Il y a autant de façons de collaborer qu’il y a d’artistes. Chaque parcours se construit dans la relation unique qui nous lie, avec une exigence commune : les divers temps de rencontre et d’échanges ne sont pas autour des créations mais nourris par elles. En 2019 / 2020, dix-huit résidences sont prévues pour des projets qui n’en sont qu’au stade des prémices (à découvrir les saisons prochaines) ou à quelques jours d’une première. Dix-neuf projets seront ainsi créés à ou pour, La Manekine au cours de cette saison qui nous permettra aussi de mettre en avant les écritures et les auteurs dans un partenariat qui se construit avec l’ensemble des bibliothèques du territoire. Territoire qui bénéficie des collaborations imaginées avec nos partenaires : Le Palace de Montataire, les théâtres du Beauvaisis, de Compiègne, Creil, Montataire, Chambly, La Batoude, la Poudrerie à Sevran, La Comédie de Picardie, La Maison de la Culture d’Amiens, la vingtaine de structures culturelles membres du RésO des Hauts-de-France (que La Manekine coordonne désormais), la Reine Blanche - Les Déchargeurs et le Théâtre du Train Bleu à Avignon. Coproductions, programmations croisées, réflexions communes, nous permettent d’alimenter et d’enrichir ces démarches de création qui, je l’espère, nous permettent de nous (re)trouver.